Les collections

Le projet de barrage colossal du Chili HidroAysén est au point mort

Le projet de barrage colossal du Chili HidroAysén est au point mort


Colbún, une grande partie prenante d’HidroAysén, a annoncé qu’il «suspendait indéfiniment» l’étude d’impact environnemental nécessaire au traitement de la ligne de transport d’HidroAysén, paralysant ainsi le projet de barrage.

EN 2007, alors que j'étais sur la Carretera Austral (autoroute du sud) au Chili, un voyageur chilien m'a exhorté à aller voir le Río Baker, car il serait bientôt endigué. Cinq ans plus tard, la rivière coule toujours librement.

Matador suit l’histoire depuis les manifestations de mai 2011, grâce à l’approbation du projet par la Cour suprême. Nous avons également envoyé une équipe de journalistes là-bas pour une enquête sur le terrain sur l'opinion publique sur les barrages ainsi que sur les efforts de conservation. Leur travail, une websérie originale appelée TRAWEN, est actuellement en production et sera publié ici au réseau tout au long de l'été.

Pour voir des photos de ce qui pourrait être perdu si le projet se concrétisait, regardez cet essai photo provenant de plusieurs photographes de classe mondiale.

Beaucoup de gens ici au Chili ont pensé qu'avec l'approbation de la Cour régionale et de la Cour suprême, le projet était aussi bon que fait. Mais avec les déclarations d'impact environnemental (EIE) étant la prochaine étape, une note du 30 mai d'une des parties prenantes a laissé ouverte la question de savoir quand ces EIE pourraient être réalisés.

Bernardo Larraín Matte, président du conseil d'administration de Colbún (qui détient une participation de 49% dans le projet de barrage), a déposé la note de service auprès du ministère chilien des Finances auprès du SVS (Superintendente de Valores y Seguros, version chilienne de la SEC) indiquant que tant que certains changements ne sont pas apportés à la politique énergétique, le projet ne mène à rien.

La note de service, disponible ici (PDF en espagnol), indique que la société a décidé de suspendre indéfiniment le développement des EIS nécessaires à l'avancement du projet. La raison derrière cela, dit-il, est l'absence d'une politique énergétique nationale qui fournit un cadre adéquat pour «développer des projets énergétiques de cette ampleur et de cette complexité».

Il demande ensuite que les pouvoirs exécutif et législatif apportent les changements institutionnels et réglementaires nécessaires à l'avancement de ce type de projet.

D'une part, les EIE reposent sur une analyse et une recherche approfondies sur ce qui se passerait si les barrages étaient construits (et dans ce cas, si les barrages étaient construits, et séparément, si les pylônes et les lignes électriques étaient installés). Il s’agit d’une entreprise coûteuse, et cela traduit probablement la réticence de Colbun à aller de l’avant, alors qu’ils ne sont pas assurés que le projet sera approuvé une fois les études terminées.

Mais la note indique également qu'il sera de la responsabilité du gouvernement d'apporter des changements institutionnels et réglementaires, ce qui laisse entendre que Colbún espère quelque chose de bien plus grand que l'assurance que le projet sera approuvé. On dirait qu’ils recherchent une refonte de la manière dont la politique énergétique est gérée au Chili, pouvant aller jusqu’à la nationalisation partielle de l’industrie électrique.

Le ministre des Finances, Felipe Larraín a récemment déclaré que son ministère a formé un comité qui a élaboré une stratégie pour 2012-2030, dans le but de résoudre le problème énergétique non seulement pour cette administration, mais pour le Chili.

Pour l'instant, le projet est suspendu et les rivières Baker et Pascua restent intactes, et ce qui se passera ensuite avec Hidroaysén, et l'avenir de l'industrie électrique au Chili dépend de la réponse du gouvernement. Jusqu'à 3/4 des Chiliens s'opposent au projet, mais dans la région d'Aysén, le taux d'approbation est bien plus élevé. Restez à l'écoute pour plus bientôt.


Voir la vidéo: Envoyé spécial. Barrage de Vouglans: le scénario catastrophe - 13 septembre 2018 France 2