Divers

Observations d'un crêpier sur l'éviction de Sarkozy

Observations d'un crêpier sur l'éviction de Sarkozy


Un crêpier compare la politique des Parisiens et leurs habitudes d’achat de crêpes alors que Hollande arrive au pouvoir.

LA NUIT DERNIÈRE, AZIZ FERME tôt son stand de collations aux couleurs vives. Des barrières de police empêchaient les clients potentiels de prendre une gaufre au Nutella ou une crêpe farcie, il n'y avait donc pas grand chose à rester ouvert tard.

Mais même après avoir fermé le magasin, Aziz est resté pour regarder la fête. Après tout, c'était une expérience unique dans une vie. Le candidat socialiste François Hollande venait d’être élu président (avec 51,62% des voix contre 48,38% de Sarkozy) et ses milliers de partisans grouillaient place de la Bastille depuis la fin d’après-midi. Musique jouée; les gens chantaient, buvaient et criaient. C'était une fête exubérante et excitée qui a célébré jusqu'à ce que François Hollande monte sur scène peu après minuit (le président nouvellement élu a commencé son discours en disant «Je ne sais pas si vous m'entendez, mais je vous entends!») Et continué bien après.

Aziz a déclaré que l'énergie lui avait rappelé l'énergie du rassemblement pour le candidat d'extrême gauche Jean-Luc Mélenchon, qui a inspiré une mode plus tôt dans l'élection.

Et Aziz est bien qualifié pour commenter. Son stand de crêpes est bien placé pour regarder la politique française se dérouler. Se déplaçant entre la place de la Bastille et la place de la République, Aziz vend des collations aux participants à certains des plus importants rassemblements politiques et manifestations à Paris. Des travailleurs syndiqués aux partisans de Hollande en passant par les Français des régions rurales et les immigrants sans papiers, Aziz a une part de la France moderne derrière son comptoir pendant qu'il fournit à tout le monde des crêpes au Nutella.

La démographie des clients

Je demande à Aziz si différentes tranches de la société française diffèrent en tant que clients.

«Tout comme ils diffèrent dans la vie, ils sont différents devant mon stand», a-t-il déclaré.

Ses préférés sont les rassemblements organisés par la CGT (Confédération générale du travail), l’un des syndicats les plus importants et les plus établis de France. Il dit que les travailleurs amènent leurs familles et finissent par dépenser «plus de 20 euros pour nourrir tout le monde».

En revanche, lorsque les chômeurs se rassemblent pour demander plus d’allocations, "nous ne vendons rien", dit Aziz en riant. «Ils n’ont pas d’argent pour une crêpe au Nutella.»

Malheureusement, en pleine période économique difficile, les pauvres se rassemblent plus que jamais, dit Aziz. Lors de l'élection, l'économie et la sécurité économique étaient à la hauteur des préoccupations des citoyens français.

«Le genre de personnes qui votent pour le Front national est le genre de personnes dont vous pouvez dire qu'elles ne sont pas à l'aise d'acheter à un Arabe quand elles viennent à votre stand.»

De nombreux électeurs, sentant la menace de l'insécurité, se sont tournés vers le parti d'extrême droite, le Front national, et candidate Marine Le Pen, qui a obtenu un nombre surprenant de voix au premier tour des élections. Bien que l'extrême droite n'organise pas de rassemblements dans les régions de l'Est parisien où Aziz est basé, il les rencontre souvent en été lorsqu'il prend son stand de crêpes sur la route avec une foire itinérante. La plus grande base de soutien à l'extrême droite se trouve dans les zones rurales.

«Le genre de personnes qui votent pour le Front national est le genre de personnes à qui vous pouvez dire qu'elles ne sont pas à l'aise d'acheter à un Arabe quand elles viennent à votre stand», dit franchement Aziz. "Ils ne seront pas gentils avec ça."

Cela met en évidence l'une des plus grandes critiques de l'extrême droite - ils sont proches des immigrants et souvent considérés comme racistes.

L'immigration était également un enjeu clé de cette élection. Après que Le Pen ait obtenu un grand nombre de voix au premier tour, Sarkozy a cherché à gagner les voix de ses partisans en virant à l'extrême droite. En fin de compte, cette ligne politique lui a fait perdre à la fois des voix et des approbations (par exemple, le candidat centriste François Bayrou a soutenu Hollande) et a poussé la gauche à se rallier contre lui (`` Battez Sarkozy! '' Était le dernier cri de guerre du candidat d'extrême gauche Jean -Luc Mélenchon).

Pour Aziz, lui-même immigré, cela a du sens.

«La France n'est pas seulement composée de Français de nos jours», a-t-il déclaré. «Il y a des gens de partout. Nous devons apprendre à vivre ensemble. »

Il a déclaré que ces immigrants jouent un rôle vital dans la société française.

«Après tout, les Français se rassemblent ici pour protester ou pour célébrer, mais qui leur vend de la nourriture? Et qui nettoie après eux le lendemain? a-t-il déclaré, faisant référence à l'énorme effort de nettoyage lancé aux premières heures du matin après tout grand rassemblement ou événement.

L'avenir

Aziz est plutôt heureux que Hollande soit le futur président de la France - il dit que cela marque un nouveau chapitre. Mais il ne s’attend pas à des miracles de la part du gars étiqueté «M. Normal »par les journalistes.

«Nous espérons juste quelque chose d'un peu mieux», a-t-il déclaré, exprimant un sentiment répandu dans toute la France ce jour après les élections.

En attendant, Aziz - représentant les valeurs traditionnelles françaises (quoi de plus français qu'une crêpe?) Et nouvelles (il est lui-même immigré) - continuera d'observer la France derrière son comptoir. Et continuez à servir des crêpes chaudes remplies de Nutella.

[Remarque: ce message est apparu pour la première fois sous sa forme originale sur le blog de Brenna.]


Voir la vidéo: La crêpe, symbole de la gastronomie bretonne