Intéressant

N'apportez pas vos balles à l'école

N'apportez pas vos balles à l'école


Les enfants qui fréquentent l'école publique Earl Beatty de Toronto ne sont plus autorisés à jouer avec des balles dans la cour d'école.

EN FAIT, ILS SONT interdits d’apporter avec eux un ballon de soccer, de football, de volley-ball ou même une balle de tennis à l’école… seuls les ballons Nerf et les balles en éponge sont acceptables. Nous pourrions aussi bien gifler un panneau «No Fun Allowed» quelque part et leur donner des pogs avec lesquels jouer.

Apparemment, il y a eu un certain nombre d'accidents graves où le personnel et les élèves ont été frappés par des balles volant partout, et un parent a même subi une commotion cérébrale. Cher dieu, l'horreur! Une commotion cérébrale!

Je ne peux pas croire que je suis sur le point de dire cela, mais à mon époque (il y a 10 ans), les balles étaient bonnes. L’activité physique était bonne et la suppression des sports dans un pays qui souffre déjà de taux d’obésité élevés est un gros problème. J'ai entraîné une fois une équipe de softball d'été et j'ai accidentellement assommé une fille de 7 ans qui courait vers la première base. Tu sais ce qui s'est passé? Rien. Elle a survécu. Elle a été terrifiée par moi pendant un mois complet, puis elle est partie.

Je n’ai que 25 ans, mais les enfants avec lesquels j’ai grandi n’avaient pas de téléphone portable sous la main en tout temps, et pourtant nous avions toujours notre liberté. J'ai passé des journées entières avec mes amis à nager dans des trous à passer des cordes dans l'eau… sans surveillance. Nous avons fait des feux de plage et ne sommes rentrés chez nous qu’après la tombée de la nuit. Imagine ça! Nous avons appris à prendre soin de nous dans un grand monde effrayant.

Et pour la plupart, nous nous sommes bien avérés.

Quelles valeurs inculquons-nous à nos enfants lorsque nous leur interdisons de faire les choses qu'ils aiment, surtout si ces choses sont saines et favorisent de précieuses compétences sociales dès le plus jeune âge?

«C’est une chose de protéger les enfants; c’est une autre chose de les envelopper dans de la gaze réglementaire et de les étouffer dans des activités totalement sans risque pour les protéger afin qu’ils ne voient jamais la vie dans les manifestations aléatoires et parfois même blessantes. Le monde n’est pas sans friction, et il ne le sera jamais. »

Toute l'histoire a même déclenché une tendance Twitter, #HowDidWeSurvive.

  • @CTVCanadaAM: Il est alarmant de voir combien d’entre nous se souviennent avoir joué avec les boules de mercure qui sont sorties de thermomètres cassés #howdidwesurvive
  • @ThatEricAlper: Nous avons fait du vélo, nous n'avions pas de casque, nous ne sommes pas rentrés à la maison avant la tombée de la nuit. #howdidwesurvive
  • @partylethbridge: J'ai bu de l'eau avec un tuyau d'arrosage, j'ai couru pieds nus sur le trottoir, j'ai fait du vélo sans casque, j'ai allumé des feux de camp avec de l'essence. #howdidwesurvive
  • Comment tu survivre?


    Voir la vidéo: Niels SCHNEIDER u0026 Guillaume DE FONTENAY: Sympathie pour le diable dans un film choc