+
Les collections

Le troisième œil de l'islam

Le troisième œil de l'islam

Une marque sacrée ou un callus normal? Baxter Jackson découvre le mystère du troisième œil de l'islam.

Mon père a été le premier de la famille à le voir.

Fraîchement attrapé sur une plate-forme pétrolière égyptienne, il avait une maison pleine d'amis et de famille pour se divertir avec des histoires de l'étranger.

À la grande joie de ses invités (mais à ma grande horreur), son histoire sur le troisième œil de l'islam a culminé avec son doigt tapant contre le milieu de mon front, alors qu'il me demandait ostensiblement: «Comment avez-vous obtenu cette marque là, Mohammed ? Hein? Hein?

Haussant les épaules et frappant son front pour répondre à sa propre question, il éclata de rire. Les invités ont emboîté le pas.

Personnellement, je ne l’ai compris que des années plus tard, lorsque je l’ai rencontré dans le métro du Caire.

Rencontrer l'oeil

Tandis que le train avançait le long des voies, j'avais l'impression que quelque chose m'observait. En tournant lentement la tête vers la droite, elle était là - une goutte au milieu du front d’un bon croyant: le troisième œil de l’islam.

Au Moyen-Orient, ce phénomène épidermique est communément connu sous son nom arabe zabeeba, ce qui signifie raisin sec.

L'anecdote de mon père m'est alors venue à l'esprit - et maintenant, chaque fois que j'en vois une (ce qui est souvent le cas), je pense à lui.

Bien que la théorie de mon père ait été amusante, je savais qu’il y avait probablement une sorte d’explication alternative à cette étrange marque que je voyais entre les yeux de tout le monde. Pour aller au fond des choses, j'ai décidé de parler à un spécialiste.

Selon le Dr Sameh Attia, professeur de dermatologie à l'Université de Mina au Caire et chercheur renommé sur les «nodules de prière musulmans», la marque n'était rien de plus qu'un cal dans un endroit apparemment incongru, le front.

Au Moyen-Orient, ce phénomène épidermique est communément connu sous son nom arabe zabeeba, ce qui signifie raisin sec. En fait, ce ne sont ni les coups de doigt ni les coups de paume qui ont causé la marque comme mon père l'avait supposé, mais l'un des cinq piliers de l'islam lui-même.

L'adoration rencontre la réalité

Le médecin a expliqué que prier et se prosterner vers la Mecque cinq fois par jour (comme stipulé dans salat, le deuxième pilier de l'Islam) signifie exercer des pressions et des frottements répétés sur le front lorsqu'il rencontre le tapis.

Comme tout le poids du corps est placé entièrement sur le front pendant les 34 prosternations quotidiennes (faisant partie des cinq séances de prière quotidiennes), la marque commence naturellement à apparaître sur une période de plusieurs années (avec quatre ans généralement le temps minimum requis) .

Le dermatologue Sameh Attia était d'accord avec ce résumé de la situation: 5 doses par jour d'inculcation religieuse + années de prostration islamique = accumulation épidermique. En tant que médecin spécialiste, cependant, il préférait l'appeler par son nom clinique, hyperkératose.

Le processus de l’hyperkératose ou du calvus (comme on l’appelle également) est accéléré par l’exposition à des infections fongiques et bactériennes secondaires trouvées là où les callosités président normalement - sur pieds nus.

Une marque de distinction

Comme le culte est une expérience communautaire et que le nettoyage rituel des extrémités avec juste de l'eau fait partie de ce processus, il ne supprime pas tous les champignons et bactéries des pieds.

Quand le front rencontre le sol, la pression et le frottement «labourent le champ» pour ainsi dire, et là, parmi les cors des pieds du gars devant vous, la graine d’une zabeeba est semée.

Un cal semé sur la tête d'un musulman est comme une clé du palais céleste; elle est provoquée par la notion de dévotion sociale et récompensée par la déférence communautaire et la révérence générale.

C'est, comme l'a souligné le Dr Attia dans son article Nodules de prière musulmans, «un insigne de distinction». Certains disent que même le prophète Mohamed, que la paix soit sur lui, avait une zabeeba.

Pas étonnant qu'il soit prétendu que certains le falsifient jusqu'à ce qu'ils le fassent.

Car de même que certaines femmes faussement modestes peuvent porter le voile, certains hommes moins pieux peuvent simuler leurs zabeebas. Donc, si le troisième œil que vous avez espionné dans le métro semble bouger chaque jour, quelque chose en plus de la piété peut être un pied.

Après tout, avec juste un peu de papier de verre et de suie, le gain peut être énorme.


Voir la vidéo: Conférence conclusive: Le troisième œil (Janvier 2021).